“Chucho”, rêve d’un enfant des rues

Publicada en Publicada en Littérature, Sarah Juanole

Grégoire Polet vient de publier son dernier livre, “Chucho”, portrait poignant d’un enfant des rues

On attendait au tournant l’écrivain tout juste trentenaire, après avoir adoré son précédent (et déjà troisième) roman, “Les vies éclatantes”, qui suivait (et avec quel talent !) les tours et détours de l’existence d’une dizaine de personnages, pendant une semaine.

Il ne s’agit pas d’une oeuvre de la même ampleur, "Chucho" Grégoire Polet (Gallimard)mais c’est encore une réussite, et un roman qui vous tord le coeur.

Le héros est un enfant des rues de Barcelone : “Chucho, c’est cet enfant de pute, probablement mexicain ou cubain, que son visage mystérieusement fin et long fait prendre pour un immigré d’Afrique du Nord, sa silhouette souple et sa démarche louvoyante pour un Gitan, et son regard oblique et malin pour un individu qui rend la rue hostile. Chucho a une voix d’or, encore parfaitement une voix d’enfant, légèrement aigüe…”

Chucho a 11 ans, et pour vivre, il dépend d’un “parrain” -souteneur et trafiquant – d’un quartier pauvre de la capitale catalane. Un homme qui l’enverra dans moins d’un an, à 12 ans sonnés, ramasser les métaux à la ferraille. Sauf si…

Chucho croise sur sa route un étranger qui part à New York. Et s’il partait avec lui ? Et le livre déroule vingt-quatre heures dans la vie et dans la tête d’un gamin qui rêve d’espoir et d’avenir.

Comme dans ses romans précédents, Grégoire Polet (qui vit désormais à Barcelone, à l’heure espagnole) déploie une écriture quasi-cinématographique (“Chucho, c’est ce garçon qui marche avec d’énormes chaussures blanches…”), où la phrase se tend et se détend, à l’affût de toutes les perceptions -vision, bruit, odeur – de toutes les sensations, de toutes les terreurs d’un enfant désarmé.  Interrogé en 2007 sur les défis littéraires d’aujourd’hui, le jeune écrivain nous confiait : “L’idée de centre est devenue périmée, il y a désormais autant de centres que d’individus : six milliards d’individus, six milliards de centres, qui sont tous légitimes en même temps”. Sur 120 pages, il fait d’un orphelin espagnol aux grands yeux et aux songes démesurés le nouveau centre du monde.

“Chucho” Grégoire Polet (Gallimard, 14 euros)
121 pages

Le 20 janvier, source: France 2

Deja un comentario

Este sitio usa Akismet para reducir el spam. Aprende cómo se procesan los datos de tus comentarios.