Fable de La Fontaine d´hier et d´aujourd´hui

Publicada en Publicada en Audrey Sani, Littérature

la Grenouille qui veut se faire aussi grosse que le Boeuf

Une grenouille vit un bœuf
Qui lui sembla de belle taille.
Elle, qui n’était pas grosse en tout comme un œuf,
Envieuse, s’étend, et s’enfle et se travaille,
Pour égaler l’animal en grosseur,
Disant: “Regardez bien, ma sœur;
Est-ce assez? dites-moi: n’y suis-je point encore?
Nenni– M’y voici donc? -Point du tout. M’y voilà?
-Vous n’en approchez point.”La chétive pécore
S’enfla si bien qu’elle creva.

Le monde est plein de gens qui ne sont pas plus sages.
Tout bourgeois veut bâtir comme les grands seigneurs ,
Tout prince a des ambassadeurs,
Tout marquis veut avoir des pages.

Lexique:
…qui se veut faire…: Tournure syntaxique classique dans laquelle le complément d’un deuxième verbe se place avant le premier (dans la « Préface » de La Fontaine pour son premier livre de fables, nous lisons « Cébès l’alla voir le jour de sa mort » pour « Cébès alla le voir le jour de sa mort»).

Se travaille: Travaille son corps.

Nenni: Vieux mot pour non. Marque ici l’insistance.

Pécore: De l’italien « pecora », brebis. Indique une femme stupide et prétentieuse. « Ce mot au propre signifie un animal, une bête ; mais il est bas et burlesque » (Richelet).

Tout marquis veut avoir des pages: Seuls les rois et les princes avaient le privilège d’avoir auprès d’eux des pages.

Deja un comentario

Este sitio usa Akismet para reducir el spam. Aprende cómo se procesan los datos de tus comentarios.