Qu´est-ce qu´être femme en 2009?

A l’occasion de la journée internationale contre la violence faite aux femmes, regards croisés sur la condition des femmes en 2009.

 Qu’est-ce qu’être une femme en 2009?

 Carine Favier, présidente du Planning Familial: “C’est difficile à dire car il y a un grand fossé entre les mères de familles mono-parentales qui vivent souvent dans des situations précaires et les femmes diplômées conscientes de leur droit et qui luttent pour les faire progresser. Mais malgré toutes ces différences, je pense que ce qui rassemble les femmes d’aujourd’hui est la volonté de mener de front leur vie professionnelle, leur vie affective et familiale. Rares sont celles qui sont prêtes à renoncer à un emploi pour avoir des enfants ou vice-versa.”

 Antoinette Fauque, présidente de l’Alliance des femmes pour la démocratie: “Depuis plus de quarante ans, nous nous sommes battues pour que les femmes deviennent citoyennes à part entière et qu’elles aient le droit de réaliser l’intégralité de leurs compétences. Et nous avons gagné en droits et en libertés plus que jamais dans l’histoire. Les Françaises ont le plus fort taux de fécondité de l’Union européenne et parviennent à mener de front leur activité professionnelle et l’éducation de leurs enfants.”

 Saphia Azzeddine, écrivaine: “D’une part, je ne m’envisage pas uniquement en tant que femme. Et puis je ne milite pas, j’écris des bouquins ou les femmes disent ce qu’elles pensent. Je pense qu’être une femme est à peu près la même chose qu’être un homme en 2009, à quelques détails près: les salaires, les baffes et dans certains pays les droits. Plus sérieusement, une femme en 2009 c’est s’accommoder de nos illusions de femmes libres et toujours relativiser nos désillusions. Sans ça, la femme 2009 serait un kamikaze.”

 Quelles sont les principales difficultés auxquelles sont confrontées les femmes?

 Etre une femme est à peu près la même chose qu’être un homme en 2009, à quelques détails près: les salaires, les baffes et dans certains pays les droits.

A.F : “La crise économique met en péril les femmes en situation fragile, c’est-à-dire une majorité des femmes. En France comme dans le monde la pauvreté ne cesse de se féminiser.
L’Observatoire national de la délinquance vient d’annoncer pour 2008 une forte augmentation des violences faites aux femmes leur situation des femmes se dégrade comme se dégrade celle de la planète, mais la conscience, elle, se développe. L’écologie a intégré les programmes politiques, il faut faire de même avec la condition féminine.”

C.F : “L’égalité est encore loin d’être acquise: le taux de chômage chez les femmes est plus important que chez les hommes, les salaires moins élevés, la précarité est souvent plus importante… Même en ce qui concerne les études, il existe une différence flagrante. D’après un sondage réalisé en 2009, 61% des parents sont prêts à prendre en charge l’intégralité des frais de scolarité de leur fils. Ce chiffre tombe à 48% pour les filles [ndlr: enquête Ipsos/Crédit Agricole]. Les femmes souffrent également de discriminations notamment au moment de leur recherche d’emploi.”

 Quelles évolutions avez-vous constaté sur cette question depuis le début de votre engagement?

 C.F : “Aujourd’hui, les notions de parité et d’égalité paraissent évidentes. Les femmes savent qu’elles doivent lutter pour leurs droits. La possibilité de travailler a permis d’élargir l’autonomie des femmes même s’il reste encore beaucoup de chemin à parcourir. Nous avons constaté au Planning familial que la situation des femmes a plus changé dans les mentalités que dans la réalité: elles veulent qu’on les traite d’égal à égal avec les hommes; elles ont parfois même l’impression que c’est déjà le cas, mais lorsqu’on regarde les études faites sur le sujet, on se rend compte qu’on est encore loin du compte.”

 S.A : “Qu’il y ait une journée de la femme au mois de mars et qu’on nous offre des fleurs. Non je plaisante, c’est même une régression. Le numéro vert par contre, ça c’est bien! Sauf quand la mâchoire est cassée et donc là ça ne sert à rien.”

( :::)

 Source : lexpress.fr , le 25-11-09

Deja un comentario