Yasmina Khadra, le choix d´une langue

 

A la question “Pourquoi le français?” Yasmina Khadra répond : “Je n’ai pas choisi. Je voulais écrire. En russe, en chinois, en arabe. Mais écrire! Au départ, j’écrivais en arabe. Mon prof d’arabe m’a bafoué, alors que mon prof de français m’a encouragé.” Boutade? On peut le penser. Elle paraît pourtant dire l’essentiel. Une langue est choisie pour devenir l’outil d’une exigence : écrire. Le plus souvent, c’est la langue natale qui devient cet outil. Mais on compte nombre d’exceptions. Et ainsi l’Algérien Mohamed Moulessehoul, après avoir écrit en arabe, devient Yasmina Khadra, écrivain de langue française…

Yasmina Khadra, révèle dans un entretien au Monde des Livres que sous cette identité féminine se cache un homme. Dans L´écrivain, paru en 2001, le mystère est entièrement dissipé. Yasmina Khadra s’appelle de son vrai nom Mohamed Moulessehoul, qui a déjà publié sous ce nom nouvelles et romans en Algérie. Officier dans l’armée algérienne, il a participé à la guerre contre le terrorisme. Il a quitté l’institution en 2000, avec le grade de commandant, pour se consacrer à sa vocation: écrire. Il choisit de le faire en français. Aujourd’hui écrivain internationalement connu, Yasmina Khadra est traduit en 33 langues.

Derniers ouvrages:

Ce que le jour doit à la nuit
2008 – Julliard

 Les sirènes de Bagdad
2006 – Julliard

 L´attentat
2005 – Julliard

 La part du mort
2004 – Julliard

 Cousine K
2003 – Julliard

 Les hirondelles de Kaboul
2002 – Julliard (Pocket 2004)

 L´imposture des mots
2002 – Julliard (Pocket 2004)

 L´écrivain
2001 – Julliard (Pocket 2003)

 A quoi rêvent les loups
1999 – Julliard (Pocket 2000)

 Les agneaux du seigneur
1998 – Julliard

Source: site officiel

Deja un comentario